IA : Intelligence Artificielle ou Innovation pour Avocats ?

L’IA fait son entrée dans le monde du droit.

L’entreprise américaine premonition.ai, fréquemment citée comme pionnière en matière de transformation du métier d’avocat, fait maintenant des émules en Europe. Jusqu’ici, premonition.ai faisait figure d’exception lointaine faisant de l’IA dans un contexte juridique anglo-saxon sans comparaison possible avec nos environnements latins. Aujourd’hui, Predictice se développe en France sur ce même créneau, avec des premiers succès encourageants, dont un partenariat avec Dentons. L’agefi, journal spécialisé bien connu des professionnels de la finance, nous le rappelle dans un article qui mérite d’être remarqué : cf Lien vers l’article de l’Agefi

De quoi s’agit-il ? Et bien, en bref, l’idée est de prévoir à l’avance les chances qu’une procédure se conclue de telle ou telle manière, en fonction de l’étude de la jurisprudence relative au domaine du droit considéré.

L’usage de l’IA (en particulier les techniques de « Data to content » – comprendre « transformation de données brutes en un texte rédigé en langage naturel ») n’est plus de la science-fiction depuis maintenant longtemps dans d’autres secteurs que le droit, en particulier dans la sphère financière. Si cela reste relativement nouveau pour les juristes, gageons que ça ne le restera pas longtemps. Car le facteur de succès historique dominant d’un cabinet d’avocats – à savoir le réseau de proximité – perd du terrain devant le couple innovation / marketing, plus apte à séduire de jeunes générations de clients, particuliers comme professionnels. Faute de réaction, le marché se resserre inexorablement.

IA

De plus, les jeunes générations d’avocats ont parfaitement compris que leur valeur résidait dans une double compétence (droit & management de l’innovation) de plus en plus distinctive, qu’ils souhaitent valoriser en priorité dans des structures dont la stratégie est claire, dont les associés expriment une vision d’avenir et prouvent leur engagement par des actes de management tangibles. Pour les séduire et les motiver, il faut tout simplement être plus attractif que la perspective de créer une legaltech. Cela demande à la fois imagination, compétence et détermination.