Voeux 2014 : sérénité, lucidité et dynamisme

Pourquoi sérénité, lucidité et dynamisme en 2014 ?

Lucidité

Prenons un peu de recul sur l’année 2013. Si 2013 a vu nombre d’entre vous penser positivement un avenir en rupture, considérer lucidement le potentiel d’un marché ou d’une organisation, innover, optimiser des processus avec talent, vendre ou concevoir avec passion, c’est aussi une année où les critiques ont fusé vis-à-vis des subordonnés, des chefs, des pairs, des clients, des fournisseurs, des politiques et des actionnaires. En ce début de 2014, j’ai envie de faire ce voeu pour vous tous, dirigeants, cadres, collaborateurs et agents de l’entreprise et de l’administration, étudiants, indépendants, artistes, commerçants, sans emploi, que mon métier de consultant me fait rencontrer au quotidien : dépassez votre colère. Bref, comment être plus serein en 2014?

Je suis convaincu qu’en dehors de situations de difficulté économique trop graves pour être réversibles, une des plus grandes causes de frustration est la poursuite d’un objectif auquel on ne croit pas, qui n’existe pas, qui n’est ni identifié ni formulé, ou pire, qui est refoulé parce-que honteux. En effet, la mode est au pragmatisme pur, à la vision opérationnelle à court terme. Le retour aux vertus de la pensée et de l’analyse stratégique est plus que souhaitable : il est nécessaire. Penser à long terme, au sein de son environnement professionnel et privé, est une des grandes clés de résolution des problèmes de notre époque. En voici quelques exemples :

– Une entreprise à vocation culturelle peine à se développer. Une démarche d’innovation en rupture, analogue à celle que les entreprises « normales » adoptent, fédère les énergies au sein du groupe.
– Une entreprise agroalimentaire hésite à se développer. L’acceptation d’une évolution de son modèle opérationnel, d’une logique de production centralisée vers une logique de production multi-locale, lui ouvre la possibilité d’exporter tout en limitant ses coûts logistiques et en diminuant son empreinte carbone.
– Une entreprise solidaire s’épuise à chasser la subvention. La prise de conscience de la nécessité de concentrer les efforts sur l’organisation et l’optimisation d’une fonction commerciale, sans complexe, comme dans une entreprise « normale », lui donne un nouvel élan.
– Une PME est confrontée à un problème de performance. La prise de conscience de la nécessité d’adopter une politique de ressources humaines en phase avec son ambition (comme dans les « grandes ») lui donne la perspective qui lui manquait.
– Un cadre en période de transition professionnelle est désarmé face à la multitude d’opportunités et de risques potentiels offerts par le monde. Un travail mené sur son histoire, son identité, son réseau, ses différentiateurs et les attentes du marché le conduit vers la qualification de trois scénarios, puis vers le choix d’un seul.

Si savoir lire le monde dans lequel nous vivons est parfois si difficile que les frustrations s’accumulent et finissent par se transformer en rage, il faut cependant persévérer et visualiser un avenir plus lointain que le sacro-saint trimestre comptable. Ca en vaut la peine, vraiment.

Jamais le monde n’a été porteur d’autant d’opportunités. Excellentes années 2014 … et suivantes !

Christian Auriach.